Durant l’année 2006, je (Michel Montaud) me suis séparé de Rodrigue Mathieu qui a créé L’Organisation Spatiale de la Bouche (OSB) alors que, moi, j’ai poursuivi le développement de la dentosophie.

C’est pour cela que, sur ce nouveau site, apparaît deux rubriques : avant et après 2006.

Il n’y a rien à rejeter vis à vis du passé mais, depuis 2006, une nouvelle vision de la dentosophie m’est apparue, toujours enrichie de résultats cliniques de plus en plus spectaculaires. 

La dentosophie ne m’appartient pas. Elle m’a été donnée pour que je la délivre à mon tour.

Pour avoir une petite idée de la dimension que prend la dentosophie, je vous livre le témoignage d’un dentiste ayant terminé le cursus  de formation  en 2014.

 

Un jour Michela, ma collègue dentiste, vient vers moi et commence à me parler d’un cours de dentosophie qu’elle est en train de suivre. Franchement, je pense tout de suite que tout ce qu’elle est en train de me raconter sont des conneries immenses. Elle me donne un exemplaire du livre ‘’Nos dents, une porte vers la santé’’ et me dit: « Lis-le, tu verras c’est génial! »

Je suis rentré chez moi, j’ai mis ce livre sur ma table de nuit et ne l’ai même pas regardé pendant 6 mois.

Le temps passait et Michela avait de plus en plus de patients enthousiastes de la dentosophie. Leurs dents se déplaçaient, ils allaient de mieux en mieux, et là je ne pouvais plus nier l’évidence, il y avait bien quelque chose dans cette dentosophie.

Ma deuxième pensée a été l’argent. Dans la ville où j’ai mon autre cabinet il n’y avait personne qui pratiquait cette thérapie, science, philosophie ; comment l’appeler? Donc ça pouvait être une bonne opportunité.

 

C’est donc plein de doutes, de fausses vérités et préjujés que je suis arrivé à Dieulefit (lieu des stages) pour la première fois.

72 heures ! ça a été le temps nécessaire pour me changer d’une façon que, jamais, je n’aurai pu imaginé. 72 heures pour faire tomber le château de cartes de mes certitudes.

Quand le jour de mon retour, j’ai parlé à ma femme de tout ce que j’avais ressenti et de ce qu’était la dentosophie, elle m’a laissé parler pendant plus d’une heure et après elle m’a regardé dans les yeux et m’a dit, avec un grand sourire:

« Tu as été où toi ? Je ne reconnais plus mon mari ! »

 

Je ne sais pas si tous ces grands changements, qui sont arrivés dans ma vie durant cette dernière année, sont dus au travail que j’ai fais avec l’activateur, à la rencontre avec Michel Montaud, à la dentosophie ou au fantastique groupe de personnes qui ont partagé avec moi ce bout de chemin dans ma vie.

Je ne sais pas, et c’est égal.

Ce qui est fantastique c’est que, depuis ça, j’ai vraiment commencé à bouger dans ma vie, à avancer. Et je ne suis pas prêt de m’arrêter.

Ma vie et ma façon d’être continuent à évoluer.

Je n’ai plus de peurs et de préjujés ; toutes les portes que je rencontre sont ouvertes et c’est avec plein d’enthousiasme que je les franchis, prêt à évoluer comme dentiste et comme être humain.

Maintenant je sais ce qui est vraiment important.

J’ai toujours adoré ma profession mais, là, j’ai découvert un autre niveau, un bonheur incroyable, inimaginable il y a seulement une année.

Maintenant je me surprends chaque jour de la beauté et de l’amour que j’ai autour de moi, alors qu’avant je ne les voyais pas car trop occupé par mon égoïsme.

J’ai entrepris ce chemin et pour rien au monde je reviendrai en arrière.

Je n’ai qu’un désir, pouvoir aider, ne serait-ce qu’une seule personne, à entreprendre cette route… celle de la dentosophie.

Un seul grand merci aux deux personnes qui ont semé le germe de la dentosophie en moi.

 

Merci Michel/a !

 

La nouvelle vision de la Dentosophie

 

Le jour où mon fils a utilisé pour la première fois un Activateur Pluri Fonctionnel, le germe de la dentosophie a été posé. (voir livre 1 : « Nos dents une porte vers la santé »)

A la suite des résultats spectaculaires observés, on nous a dit :
« Il va falloir vous situer par rapport à la dentisterie couramment pratiquée car vous n’êtes plus des dentistes ‘’classiques’’. Vous n’êtes pas non plus des ‘’médecins dentistes’’ comme il en existe dans certains autres pays ; ces derniers pratiquent la même dentisterie que les dentistes français avec le diplôme de médecin en plus. Il faut trouver un nom définissant votre nouvelle profession. »

Le mot dentosophie nous est apparu, il y a plusieurs années, avec cette définition :
Auto-thérapie accompagnée, caractérisée par une approche humaniste de l’art dentaire, s’appuyant sur des techniques fonctionnelles, et mettant en évidence le lien entre l’équilibre buccal, l’équilibre de l’homme et plus largement celui du monde.

Aujourd’hui, il me faut nuancer cette définition.

Mon parcours de chercheur de ‘’l’humain’’ m’a amené à rencontrer l’héritage laissé par Rudolf Steiner : l’anthroposophie (ou sagesse de l’Homme)

Et c’est l’anthroposophie qui m’a permis de comprendre tous les résultats inexpliqués par la science contemporaine, résultats que nous avons observés grâce à la dentosophie.

En arrivant sur terre, l’homme laisse sa partie spirituelle dans le monde spirituel et se retrouve face au monde sensible, c’est à dire à la vie physique, visible, palpable.

Il est demandé maintenant à l’être humain de retrouver cette partie de lui-même, spirituelle, cachée.

C’est la tâche qu’il doit accomplir.

Dans ce contexte les mots, thérapie et maladie, n’ont plus leurs places. Nous allons alors accéder à une véritable révolution dans le domaine de la santé et non plus dans le domaine de la maladie, secteur prépondérant de la ‘’médecine’’ actuelle.

la dentosophie va être une thérapie seulement au début du traitement et elle va vite passer à un réel un chemin de vie. En effet, une thérapie est un moyen pour essayer de traiter des gens reconnus comme malades.

Or nous sommes tous venus sur terre pour accomplir cette tâche.

Dès la naissance nous allons apprendre pour atteindre cet objectif et nous devrions y consacrer toute notre vie actuelle. Cela va passer par des obstacles à surmonter qui peuvent s’appeler aussi maladies. Ces ‘’mal a dit’’ sont des signes nous permettant de grandir pour accéder à la guérison (voir livre 1).

Ce n’est donc pas une maladie qu’il nous faut guérir mais un chemin que nous devons accomplir grâce aux pathologies nécessaires pour avancer.

C’est pourquoi le mot thérapie n’est plus juste car cela concerne tous les hommes sans exception. Nous allons parler d’une hygiène de vie nécessaire à mettre en place et non plus d’une maladie.

Et la frontière est fragile car c’est par la ‘’compréhension’’ de nos maladies que nous allons accéder à notre tâche. (voir livre 1 et livre 2 « De la dent à l’Homme, un parcours bouleversant »)

Le reste de la définition ne change pas. La dentosophie va utiliser la bouche comme porte d’entrée pour accéder à l’homme global (livre 2). Les malformations observées dans la bouche sont le reflet de l’être humain dans sa totalité ; elles ne sont que conséquences d’un mode de fonctionnement intérieur. Nous sommes très très loin de l’orthodontie du monde dentaire.

La dentosophie peut être un passage nécessaire pour tous les êtres humains car elle fait partie de la physiologie de l’homme ; on parlera alors de psychophysiologie et non de psychothérapie.

Je pense que durant toute notre vie nous allons être en ‘’psychothérapie’’ car celle ci est la norme et le ‘’psychothérapeute’’ le plus compétent pour nous c’est nous-mêmes ; donc il va être nécessaire de reconsidérer la terminologie.

Ce n’est pas le mot psychothérapie mais psychophysiologie qu’il faudra utiliser car cet état d’être est la normalité pour tous les êtres humains sans exception. Ce n’est pas une maladie qu’il faut guérir chez certains d’entres nous mais un chemin de vie à accomplir pour tout le monde. Et on ne peut accomplir ce chemin qu’individuellement.

Il est devenu nécessaire que chaque être humain accède au concept de sa réelle individualité spirituelle universelle. Cette individualité ne pourra exister que si elle est totalement libre de toute emprise extérieure.

C’est à ce prix que l’égoïsme sera vaincu au profit de l’altruisme et de la solidarité. Cela s’appelle la compassion dont le sentiment racine est… l’Amour

La tri articulation – Liberté-Egalité-Fraternité – prendra alors tout son sens.

Michel Montaud