PRÉFACE

Je te mets en garde, lecteur !
Le choc de ce texte est imparable, l’ébranlement qu’il cause, profond et durable.
D’abord la découverte de cette lagune où vient finir le monde : le quotidien des enterrés vivants que sont les condamnés à mort des prisons texanes d’aujourd’hui. L’isolement, les sévices, les cris sans fin la nuit durant — et, en contre-lame, une humanité experte en inhumanité, toute une institution pénitentiaire occupée à serrer les garrots, à inventer des manières d’accroître la souffrance —, un système d’État dûment légalisé et chargé d’assurer jour après jour la déchéance et la mortification des prisonniers.
Et voilà que dans cet enfer de démonie jaillit ce qui ne se laisse ni penser, ni imaginer, ni rêver.
Une conscience.
Une fragile antenne de vérité.
La fine pointe de la tendresse humaine.

Roger McGowen. C’est son nom.

Sa correspondance avec Pierre Pradervand nous vaut un document incandescent. Un manuscrit d’Épictète pour le XXIe siècle.
Le sublime et doux esclave phrygien, né cinquante ans avant Jésus-Christ et qui, au milieu des pires sévices de la servitude, inventa la plus radicale des libertés — celle que n’entravent ni les chaînes ni les fers —, réapparaît deux mille ans plus tard dans une Maison des morts à la texane. Entre-temps, Épictète a rencontré le Christ, un autre doux, un autre fou — et son amor fati s’est doublé d’un amor dei et homini, d’une fervente invitation à ne jamais confondre le pire des hommes avec sa férocité, d’oser voir plus loin, plus loin, plus loin encore, jusqu’à la semence divine qui fonde son être.
Oui, j’en conviens ! Ce que nous raconte Roger dépasse nos limites coutumières. On est en droit d’hésiter, de ne pas y croire, de chercher la faille… Roger ne se « shoote-t-il » pas à l’amour comme d’autres se shootent à la haine ? Non. Car « se shooter » signifierait s’esquiver, tenter par tous les moyens d’échapper à la prise de conscience d’un destin insoutenable, à la paranoïa qu’elle engendre. Or, c’est ici le contraire qui a lieu : cet amour dont irradient ces lettres naît de la claire conscience de ce qui est une conscience traversée, affrontée — et non d’une quelconque ivresse pour esquiver la férocité du réel ! Cet amour-là dépasse la zone meurtrière pour déboucher dans un espace inconnu — un espace dont rien ne pouvait laisser prévoir qu’il existât.
Un espace sans illusion, sans pour et sans contre et d’une lumière si intense que les yeux de chair ne la soutiennent pas.
À son contact, rage et indignation fondent, tout argument se vide de sa substance ; il n’y a plus à convaincre qui que ce soit de quoi que ce soit. Désormais, les écluses de la compassion sont ouvertes et tout déborde.

« J’ai été créé pour adorer », écrit Roger W. McGowen.

Rares sont les âmes capables d’opérer pareil retournement. Rares, ceux qui ont traversé la haine, le désespoir et l’indignation pour déboucher dans ce jardin secret qu’on nommait autrefois d’un mot solaire, aujourd’hui désuet : sainteté.

Mais la couleur verte du pin, dit Basho, n’est ni moderne ni ancienne.
La sainteté est cette invisible force qui tient le monde debout depuis sa création. Elle est le choix délibéré que fait un homme d’être entier (heilig, holy), d’accueillir le bien comme le mal, la justice comme l’injustice, la cruauté comme la bonté, la maladie comme la santé — d’accueillir et de bercer l’entièreté de ce qui est — sans condition, sans restriction, de tenir contre sa poitrine ce monde scandaleux et sublime comme on bercerait un monstre endormi.
Dans une cellule de deux mètres sur trois, où la lumière coule par une meurtrière (!) large comme la main, Roger, Noir américain incarcéré pour meurtre, condamné à mort et innocent, nous enseigne la liberté.

Christiane Singer

CHRISTIANE SINGER est l’auteur d’une vingtaine de livres, tous parus chez Albin Michel. Citons entre autres Éloge du mariage, de l’engagement et autres folies, Du bon usage des crises et Où cours-tu ? Ne sais-tu pas que le ciel est en toi ?


LE FRANÇAIS SUIT L’ANGLAIS
AN EXTRAORDINARY MAN AND A VERY
OUT OF THE ORDINARY SAGA.

by Pierre Pradervand,
co-author, Messages of Life from Death Row

Let us search for the deeper meaning of this everyday word rarely used with a clear consciousness of its true meaning and especially the nuances of its significance.

In its original sense, it means something out of the ordinary. However, an ice cream can be
extraordinary, just as a rare concert or remarkable book. It does not put these experiences in the same category. There are extraordinary achievements in the field of technology almost daily, in the field of surgery or scientific research more rarely and they make us pause for a moment.
However, when Mike Horn crosses the North Pole alone with a sledge, on foot, that is quite extraordinary : the word takes on its full meaning of something unique, something that would be very difficult to imitate, something that makes one almost gasp. Its in category that is quite on its own.
And then there are extraordinary achievements in the moral or spiritual field that have a uniqueness and grandeur that lift them to a different level of existence, that shake as in our foundations as human beings, that suddenly reveals a level of possibility that, till now, seemed totally out of reach to most of us: and that has been the saga of Roger W. McGowen.
That is why, to me as to hundreds of others on this little blue planet, he has become what the French call “un maître de vie” a master of life, one who has achieved a level of moral depth and conviction that spontaneously speaks to, and uplifts, any human being with even a slight fibre of sensitivity and listening.

Roger was born in 1963 in Ward 5, one of the worst black ghettos of Houston, in an extremely poor black family of ten children. More than once, he went to school in winter with neither coat nor shoes. Fortunately, he had a grandmother who left a deep spiritual impact on him which can be felt till this day. He is the only one of the ten children to have finished school (and a ghetto school in the seventies in Texas was probably not exactly an advanced place of learning) and, at the time of his mother’s death, the only one to have a job, an apartment and a car. He had an elder brother, Charles, to whom he was totally devoted and whom he quasi deified.

When he was 20, his mother was taken seriously ill and hospitalized where she stayed for days on end in a coma. She happened to come out of it just when Roger was visiting her and entrusted him with her last vows, especially the promise to be his elder brother’s keeper, as Charles had already had serious brushes with the police due to various robberies. She passed on soon after.

Quite a few months later, Charles borrowed his car and, with a mutual cousin, Kerwin,
went to do a holdup which failed and Charles ended by killing the owner of the bar he was robbing. Because a witness had taken down the number plate of the car, Roger was arrested and accused of the holdup and murder. After a grotesque trial which was a total parody of anything even remotely resembling “justice”, he was condemned to death.

His lawyer was a known drunkard who prepared his plea in defence of Roger on the basis of the police report condemning Roger. He never visited his client before the trial, did not make a single phone call to check Roger’s airtight alibi and used to fall asleep in the courtroom snoring so loudly everyone could hear him. He used to brag that he was the US lawyer who had had most clients … condemned to death (17)! Later, the Texas Bar Association prevented from taking on any new death row cases – but the harm was already done.

He entered death row in a state of total revolt, full of a hatred and an anger which was so deep-seated it started seriously undermining his health. Then came a turning point in his life when he realized that he could continue as a victim of an admittedly monstrous system, or accept the huge challenge of making the best of the terrible circumstances of where he was. Which is exactly what happened. With the occasional assistance of a few pen friends who sent him texts and books, he became a self-taught student of spirituality.
I myself as one of his correspondents, (and also a writer,) was so deeply impressed by the quality of Roger’s attitude that I decided to publish a book with a selection of his letters and first hand information on death row, the death penalty and the sometimes very, very strange functioning of Texan justice (which alas has a strong racial bias). Thanks to an exceptional Swiss publisher, the Editions Jouvence, which accepted to publish a book not even remotely related to their usual publications – i.e. new approaches to health and nutrition, new age spirituality, some far-out personal development stuff and the like – the public for the first time was able to encounter this out-of-the-box man, Roger W. McGowen. In addition to Roger’s letters, the book contains also detailed descriptions of death row Texas and the functioning of Texan justice.

Before continuing, I have to explain that death row Texas is one of the closest places to hell I have heard of during a very long career travelling all round the world. Inmates are squeezed in 6-10 foot cells, with only a tiny slit the height of a small coffee mug just below the ceiling, i.e. no daylight worth speaking of. Breakfast is served at 3 a.m. lunch early morning and dinner early-mid afternoon. Inmates have not the slightest physical contact with
anyone except an occasional shove on the shoulder by a guard when walking to the daily shower. Daily exercise on good days is about an hour in a small space with no view whatsoever except cement and metal bars. To communicate, inmates have to yell through the minuscule opening in their doors for the food trays. The starchy quasi junk food served in jail is not exactly what’s needed to enhance ones health.

Of course there is no psychological or religious support and regular practices like the “shakedowns” are just one of the most demeaning prison practices I have ever heard of, especially as they are frequently done with absolutely no reason. Two guards come, handcuff the inmate, take him out of jail and sit him in front of the open door and start ransacking his cell and rare belongings, pouring ketchup on family photos, tearing covers off books, i.e. setting in motion a mini-tsunami often, I repeat, with no reason whatsoever. Roger tells of one such incident when guards put him through a shakedown twice the day of his anniversary (Dec. 23) and then again during the same night, on Dec. 31. Between Jan. 2 and 14, they again ransacked his cell six of seven times.

Twice Roger wrote to me about inmates who had heart attacks days before their execution who were rushed off to the hospital to get them “back into shape” for their execution. Around 350 people were put to death during his 25 years on death row, including some very close friends like Odell Barnes. And yet this is the place of which Roger wrote to a friend of mine, “If I have to die on death row, I will at least have shown that one can be happy there.” Is this man insane? Or does he have an insight few of his fellow inmates would have? In his August 24, 2000 letter he wrote to me, “Concerning the space that I occupy, in itself it no longer bothers me, because it is filled with love”.

This man has reached a spiritual vision he has managed to put into words which touch people in the most intimate way. In one of his letters, he explains that he lets the cockroaches (not most people’s favourite pet) and other crawly creatures run around his cell free, because they too are expressions of life. Just the other day, a woman I met in one of my workshops explained to me that she had been so moved by that passage she had completely stopped squelching insects in her home. A tiny detail – but which says such a lot.

The response to Roger’s book first published in French in 2003 was immediate and amazing. Roger started receiving letters mostly from all over Europe, telling him how his letters were inspiring, sometimes how they had changed people’s lives. Readers started donating funds, sometimes very generously: one German-Swiss lady was so moved she donated $50’000 from an inheritance she had just received. I started receiving requests for lectures for talks in schools and even large international forums.

In 2006, I decided to create an international support group to help me in my efforts to get a new trial for Roger. We hired a lawyer who after six years of efforts and repeated appeals by the district attorney against the judgments in Roger’s favor, finally got a Texan Federal court of Appeals to grant Roger a new trial. But Harris County, where the new trial would have been held, is the county in the US that since the reinstatement of the death penalty has put to death more inmates than any other state! And in recent years, every single death row inmate who was granted a new trial in Harris County, except for one, was re-condemned to death. So our lawyer wasn’t very keen on this route, and ultimately Roger and he chose a plea bargain, i.e. a negotiation between the judge on the case and our lawyer on an alternate sentence. So Roger got prison for life, with the possibility of being released in 2036, i.e. at age 72, after 50 years in jail for a crime we know he never committed.

Something in Roger’s personality, experience, spirituality and sharing touches people in a very special way. The comment I have heard the most frequently is: after having read this book, I will never again be able to complain or feel a victim! He is the living illustration of a statement by Eckhardt Tolle, i.e. that we should face every situation as if we had chosen it. This is one of the most demanding statements I have ever come across in the literature on personal development. It comes out strikingly in a letter he wrote a friend of mine last November where, after he mentions some of the amazing changes he has initiated in the prison culture of the Wynne Unit prison where he is now detained, he states: “We have helped inmates reconnect with their families. We have helped guys buy clothing items, personal hygiene products as well as boots, coffee pots, radios, fans etc.. We provide a monthly Spread of special food items in the Day Room shared freely with all inmates. We have made it possible for guys to go to the commissary who have never been to commissary since being in prison. I have had big tough men who others were afraid of break down and cry and hug me because of the help we were able to provide for them – and that was unheard of before. Gang members who were once rivals sit and eat at the same table together, and that was something unheard of before I came here – with your support behind me.

I could go on and on, but there is no need. We are fighting hate on the front lines. And, many of the guys who we are helping will one day re-enter society and we want them to take the love that they found here with them instead of the hate that came with them. We want them to spread the love that they now know instead of the hate they once knew.

So, I think I am where I am meant to be for the moment. When God thinks this task he has set for me is complete, perhaps there is nothing that will hold me in prison any longer. But until that time comes, I will continue to spread love as far and as wide as I can. And I thank you all for making it possible! You are the unsung heroes! I am, and all of us are putting forth the effort to make life better here. Our efforts are being written on the hearts of everyone who we have shown that love is the greatest power there is, and we are making a difference and that is what counts!

Again, I thank you. There is so much more to say but I want to keep it simple. Love is not complicated, and I do not wish to make it so. I simply say thank you for the love. You are family now. We are related in love and bound by efforts to fight hate. We change minds by changing hearts and we change hearts by changing minds. And we can change the world one heart and one mind at a time.”

In January 2013, the best French-Swiss TV show produced an absolutely outstanding one-hour in presentation of Roger’s story which touched tens of thousands of spectators. One gentleman started donating every single month 2000CHF (the same amount in US dollars) so deeply was he moved … and he still continues to this day. (And he told me he would continue until his own last breath!)

The latest news on the legal level is that we have hired to young dynamic lawyers who are going to sift through 13 years of legal documents and attempt to find the missing proof or track that would enable us to finally get Roger out of jail. But whether in or out of jail, he himself set his track once and for all: “Love is just one thought away. Remember to use it often. It can never be depleted”.

Come to think of it, what if we adopted that motto for ourselves?

It could make the world a considerably more decent place to live in.


UN HOMME EXTRAORDINAIRE ET UNE SAGA
HORS DU COMMUN.

par Pierre Pradervand,
co-auteur de Messages de vie du couloir de la mort

Cherchons le sens profond de ce mot de tous les jours, rarement utilisé, avec une conscience claire de son vrai sens et en particulier des nuances de son sens.

Dans son sens initial, cela signifie quelque chose qui sort de l’ordinaire. Cependant, une glace peut être extraordinaire, comme un concert rare ou un livre remarquable. Cela ne met pas ces expériences dans la même catégorie. Il y a presque quotidiennement des réalisations extraordinaires dans le domaine de la technologie, plus rarement dans le domaine de la chirurgie ou de la recherche scientifique, qui nous font faire une pause un instant.
Cependant, quand Mike Horn traverse le pôle Nord seul avec une luge, à pied, c’est vraiment extraordinaire: le mot prend tout son sens de quelque chose d’unique, quelque chose qu’il serait très difficile d’imiter, quelque chose qui nous stupéfie. Cela rentre dans une catégorie qui est unique.
Et puis, il y a des réalisations extraordinaires dans le domaine moral ou spirituel qui ont une originalité et une grandeur qui les élève à un niveau d’existence différent, qui nous secouent dans nos fondements en tant qu’êtres humains, qui révèlent soudainement un niveau de possibilité qui, jusqu’à présent, semblait totalement hors de portée pour la plupart d’entre nous. C’est la saga de Roger W. McGowen.
C’est pourquoi, pour moi, comme pour des centaines d’autres sur cette petite planète bleue, il est devenu ce que les Français appellent «un maître de vie», qui a atteint un niveau de profondeur morale et de conviction qui parle spontanément à tout être humain doué d‘un minimum de sensibilité et d’écoute.

Roger est né en 1963 dans Ward 5, l’un des pires ghettos noirs de Houston, dans une famille noire extrêmement pauvre de dix enfants. Plus d’une fois, il est allé à l’école en hiver sans manteau ni chaussures. Heureusement, il avait une grand-mère qui laissa sur lui un profond impact spirituel qui se fait ressentir encore aujourd’hui. Il est le seul des dix enfants à avoir terminé ses études (et une école de ghetto dans les années soixante-dix au Texas n’était probablement pas un lieu d’apprentissage très avancé!) et, au moment du décès de sa mère, le seul à avoir un emploi, un appartement et une voiture. Il avait un frère aîné, Charles, qui, lui, avait lui mal tourné mais auquel Roger était totalement dévoué.

Quand il avait 20 ans, sa mère est tombée gravement malade. Elle fut hospitalisée et elle est restée plusieurs jours dans le coma. Elle est sortie de ce coma juste au moment où Roger lui rendait visite et lui a confié ses dernières volontés, en particulier la promesse d’être le gardien de son frère aîné, Charles. Elle est décédée peu après.

Quelques mois plus tard, Charles a emprunté sa voiture et, avec un cousin commun, Kerwin, il est allé faire un hold-up qui a échoué. Charles a fini par tuer la propriétaire du bar qu’il était venu dévaliser. Parce qu’un témoin avait relevé la plaque d’immatriculation de la voiture, Roger fut arrêté et accusé du hold-up et du meurtre. Après un procès grotesque qui était une parodie totale de tout ce qui pourrait même ressembler vaguement à la justic, il fut condamné à mort.

Son avocat était un alcoolique notoire et avait préparé son plaidoyer en faveur de Roger sur la base du rapport de police condamnant ce dernier ! Il n’a jamais rendu visite à son client avant le procès, n’a même pas fait un seul appel téléphonique pour vérifier l’alibi de Roger et s’endormait dans la salle du tribunal en ronflant si fort que tout le tribunal pouvait l’entendre. Il se vantait d’être l’avocat américain qui avait eu le plus de clients (17) condamnés à mort ! Plus tard, le barreau du Texas lui a ôté le droit de défendre des condamnés à mort – mais le mal était déjà fait.

Roger est entré dans le quartier des condamnés à mort dans un état de révolte totale, empreint d’une haine et d’une colère si profondes qu’elles ont commencé à porter gravement atteinte à sa santé. Vint ensuite un tournant dans sa vie lorsqu’il réalisa qu’il pouvait continuer à être victime d’un système certes monstrueux ou accepter le défi énorme qui consistait à tirer le meilleur parti des terribles circonstances dans lesquelles il se trouvait. C’est exactement ce qui s’est passé. Avec l’aide occasionnelle de quelques correspondants qui lui ont envoyé des textes et des livres, il est devenu un autodidacte de la spiritualité.
En tant que correspondant de Roger (et également auteur), j’ai été tellement impressionné par l’attitude de Roger que j’ai décidé de publier un livre contenant une sélection de ses lettres et des informations de première main sur le couloir de la mort, la peine de mort et le fonctionnement parfois très étrange de la justice texane (qui, hélas, a un fort parti pris racial). Grâce à un éditeur suisse exceptionnel, les Editions Jouvence, qui ont accepté de publier un livre sans aucun lien avec leurs publications habituelles (à savoir de nouvelles approches en matière de santé et de nutrition, la spiritualité du nouvel âge, le développement personnel, etc,) le public francophone a pour la première fois pu rencontrer cet homme hors norme, Roger W. McGowen. Outre les lettres de Roger, le livre contient également des descriptions détaillées du couloir de la mort au Texas et du fonctionnement de la justice texane.(La troisième édition est sortie en 2017 : Messages de vie : un condamné à mort témoigne).

Avant de continuer, je dois expliquer que le couloir de la mort au Texas est l’un des endroits les plus proches de l’enfer dont j’ai entendu parler au cours d’une très longue carrière qui m’a prise dans le monde entier. Les détenus sont enfermés dans des cellules de 2 x 3m, avec seulement une petite fente de la taille d’une petite tasse de café juste en dessous du plafond, c’est-à-dire qu’il n’y a pas vraiment de lumière du jour. Le petit-déjeuner est servi à 3 heures du matin, le déjeuner à la mi-matinée et le dîner l’après-midi. Les détenus n’ont pas le moindre contact physique avec qui que ce soit sauf un occasionnel et très superficiel contact avec le gardien lors de la marche vers la douche quotidienne. Les exercices quotidiens, les bons jours, durent environ une heure dans un petit espace en ciment sans aucune vue. Pour communiquer, les détenus doivent crier à travers la minuscule ouverture pour les plateaux des repas située au milieu de leur porte. La « malbouffe » qui est la norme n’est pas exactement la meilleure chose pour maintenir la santé.

Bien sûr, il n’y a pas de soutien psychologique ou religieux et des pratiques régulières telles que les «shakedowns» ne sont que l’une des pratiques les plus dégradantes que je connaisse dans les prisons, en particulier parce qu’elles sont fréquemment pratiquées sans aucune raison. Deux gardes arrivent, menottent le détenu, le sortent de sa cellule et le placent devant la porte ouverte et commencent à fouiller sa cellule, à jeter les effets personnels du détenu sens dessus-dessous, versent du ketchup sur des photos de famille, déchirent des couvertures de livres, bref, si voulez bien excuser le terme, sèment un bordel total. Ceci souvent sans aucune raison. Roger raconte l’un de ces incidents lorsque les gardes l’avaient soumis à un shakedown deux fois le jour de son anniversaire (le 23 décembre) et de nouveau pendant la nuit du 31 décembre. Entre le 2 et le 14 janvier, ils ont de nouveau fait des shakedowns dans sa cellule six ou sept fois.

À deux reprises, Roger m’a écrit à propos de détenus qui avaient eu une crise cardiaque deux ou trois jours avant leur exécution et qui avaient été emmenés d’urgence à l’hôpital pour les «remettre en forme» en vue de leur exécution. Environ 350 personnes ont été mises à mort au cours de ses 25 années de détention dans le couloir de la mort, y compris de très proches amis internationalement connus comme Odell Barnes. Et pourtant, c’est dans cet endroit que Roger a écrit à un de mes amis: «Si je dois mourir dans le couloir de la mort, j’aurai au moins montré qu’on peut y être heureux» ! Cet homme est-il fou? Ou a-t-il une vision unique de l’existence humaine? Dans sa lettre du 24 août 2000, il m’écrivait: «En ce qui concerne l’espace que j’occupe, cela ne me dérange plus, car il est rempli d’amour».

Cet homme a atteint une vision spirituelle qu’il a réussi à mettre en mots qui touchent les gens de la manière la plus profonde. Dans une de ses lettres, il explique qu’il laisse les cafards (qui ne sont pas exactement l’animal de compagnie préféré de la plupart des gens) et d’autres créatures rampantes dans sa cellule libres, parce qu’ils sont aussi des expressions de la vie, dit-il. L’autre jour, une femme que j’ai rencontrée dans l’un de mes ateliers m’a expliqué qu’elle avait été tellement émue par ce passage qu’elle avait complètement arrêté de supprimer les insectes chez elle. Un petit détail – mais qui en dit long.

La réponse au livre de Roger – publié pour la première fois en français en 2003 – a été immédiate et étonnante. Roger a commencé à recevoir des lettres de plusieurs pays européens, lui disant en quoi ses lettres inspiraient les lectrices et lecteurs profondément, parfois comment elles avaient mêmechangé leur vie. Beaucoup de personnes ont commencé à faire des dons, parfois avec une grande générosité: une dame a été tellement émue qu’elle a fait don de 50’000 CHF d’un héritage qu’elle venait de recevoir. J’ai commencé à recevoir des demandes pour des conférences dans des écoles et même de grands forums internationaux.

En 2006, à l’instigation de mon épouse, j’ai décidé de créer un groupe de soutien international pour m’aider dans mes efforts pour obtenir un nouveau procès pour Roger. Ceci a tout changé pour moi dans ce combat pour Roger qui jusqu’alors avait été fort solitaire. Nous avons engagé un avocat qui, après six ans d’efforts et d’appels répétés du procureur contre les jugements rendus en faveur de Roger, a finalement obtenu l’autorisation d’une cour d’appel fédérale texane pour un nouveau procès. Mais le comté de Harris, où le nouveau procès aurait eu lieu, est le comté américain qui, depuis le rétablissement de la peine de mort dans les années septante, a mis à mort plus de détenus que tout autre État du pays! Et au cours des dernières années, tous les condamnés à mort ayant reçu le droit d’un nouveau procès dans le comté de Harris, à l’exception d’un seul, ont été recondamnés à mort. Donc, notre avocat n’était pas très chaud pour cette voie, et finalement, Roger a lui-même choisi l’alternative du « plea-bargain », c’est-à-dire une négociation entre le juge et notre avocat sur une peine de substitution. Roger a donc reçu la prison à vie, avec la possibilité d’être libéré avec sursis en 2036, c’est-à-dire à 72 ans, après 50 ans de prison pour un crime que nous savons qu’il n’a jamais commis.

Quelque chose dans la personnalité de Roger, son expérience, sa spiritualité et son partage touche les gens d’une manière très particulière. Le commentaire que j’ai le plus souvent entendu est le suivant: après avoir lu ce livre, je ne pourrai plus jamais me plaindre ni se sentir victime! Il est l’illustration vivante d’une déclaration de Eckhardt Tolle selon laquelle nous devrions faire face à toutes les situations comme si nous les avions choisies. C’est l’une des déclarations les plus exigeantes que j’ai jamais rencontrées dans la littérature sur le développement personnel. Cette attitude ressort de manière frappante dans une lettre qu’il a écrite à un ami en novembre dernier dans laquelle, après avoir mentionné certains des changements étonnants qu’il avait initiés dans la culture carcérale de la prison de l’unité Wynne où il est actuellement détenu, il déclare: «Nous avons aidé les détenus à renouer avec leurs familles. Nous avons aidé des gars à acheter des vêtements, des produits d’hygiène personnelle, des bottes, des cafetières, des radios, des ventilateurs, etc. Nous avons rendu possible pour des gars d’aller au magasin de la prison qui n’y étaient jamais allés depuis leur emprisonnement. J’ai eu de tout grands durs – dont les autres avaient peur – craquer et pleurer dans mes bras à cause de l’aide que nous avions pu leur fournir. Les membres de gangs qui étaient autrefois rivaux mangent ensemble à la même table. C’était quelque chose qui ne s’était jamais produit avant que je ne vienne ici – avec votre soutien pour m’épauler.

Je pourrais continuer encore et encore, mais ce n’est pas nécessaire. Nous combattons la haine sur les lignes de front. Et beaucoup de gars que nous aidons rentreront un jour dans la société et nous voulons qu’ils emportent avec eux l’amour qu’ils ont trouvé ici plutôt que la haine qui les accompagnait en rentrant. Nous voulons qu’ils répandent l’amour qu’ils connaissent maintenant au lieu de la haine qu’ils ont connue.

Donc, je pense que je suis où je suis censé être pour le moment. Quand Dieu pense que cette tâche qu’il m’a confiée est terminée, il n’y a peut-être rien qui me retiendra plus longtemps en prison. Mais jusqu’à ce moment-là, je continuerai à répandre l’amour aussi loin que possible. Et je vous remercie tous d’avoir rendu ceci possible. Vous êtes les héros méconnus! Nous déployons tous des efforts pour améliorer la vie ici. Nos efforts sont écrits dans les cœurs de toutes les personnes à qui nous avons montré que l’amour est le plus grand pouvoir qui existe, et que nous faisons une différence – et c’est ce qui compte!

Encore une fois, je vous remercie. Il y a tellement plus à dire, mais je veux rester simple. L’amour n’est pas compliqué et je ne souhaite pas le rendre ainsi. Je dis simplement merci pour votre amour. Vous êtes ma famille maintenant. Nous sommes liés dans l’amour et attachés à la lutte contre la haine. Nous changeons les mentalités en changeant les cœurs et nous changeons les cœurs en changeant les esprits. Et nous pouvons changer le monde, un cœur et un esprit à la fois.

« 

En janvier 2013, la meilleure émission télévisée suisse-romande, Temps Présent, a produit sous la direction de Nicolas Pallay une présentation d’une heure absolument exceptionnelle de l’histoire de Roger et qui a touché des dizaines de milliers de spectateurs. Un téléspectateur fut tellement profondément bouleversé qu’il a commencé à nous envoyer 2000CHF tous les mois … et il continue toujours à ce jour. (Et il m’a dit qu’il continuerait jusqu’à son dernier souffle!)

Les dernières nouvelles sur le plan juridique est que nous avons embauché deux jeunes avocats dynamiques qui vont parcourir 13 ans de documents juridiques et tenter de trouver la preuve ou la piste manquante qui nous permettrait de sortir enfin Roger de la prison. Mais qu’il soit en prison ou non, il définit lui-même son chemin une fois pour toutes: «L’amour n’est qu’à une pensée de distance. Il ne peut jamais s’épuiser ! N’oubliez pas de l’utiliser souvent. ».

Et si nous adoptions cette devise pour nous-mêmes?

Cela pourrait faire du monde un endroit beaucoup plus décent où vivre.


Voir le site internet bilingue:
www.helproger.com
ou
www.rogermcgowen.fr


1er février 2019

Chers Ami.e.s,

Ce rapport est peut-être le plus important que j’ai jamais rendu. Ici, les détenus et amis de Roger McGowen à la Prison Wynne (Wynne Unit) à Huntsville au Texas nous disent avec leurs propres mots combien l’aide que nous fournissons par le biais du groupe de soutien international Roger McGowen, a un pouvoir significatif et transformateur. Ce groupe est composé de trois associations principales:
– l’Association suisse Roger W. McGowen (Pierre Pradervand – Suisse),
– Les Amis de Roger McGowen (Pascal et Béatrice Bernard – France),
– Les Roses Sur Les Bitumes (Bernard Montaud et Sanjy Ramboatiana – France).
(Ces associations envoient des fonds au Fonds fiduciaire Roger McGowen à la Banque d’Amérique (Bank of America) aux Etats-Unis, depuis lequel, en tant que fiduciaire et administrateur, j’envoie des fonds aux détenus.)

Contrairement aux autres rapports, je vous encourage à le partager – particulièrement avec ceux qui voudraient contribuer financièrement, afin d’aider à atteindre des résultats aussi impressionnants! Afin de nous aider à continuer ce travail, je souhaite que ces lettres donnent envie de faire des dons aux associations mentionnées plus haut. (Pour faire un don direct au Fonds fiduciaire Roger McGowen aux Etats-Unis, envoyez un mél à: ron@ronaldradford.com ou appelez-moi ou envoyez-moi un SMS au: (+1)31 49 54 72 70.

Un «Spread» est un terme de détenu qui désigne un repas gastronomique préparé par les détenus dans leurs cellules avec les ingrédients qu’ils ont achetés à l’économat, qu’ils partagent avec les autres et qu’ils mettent sur les tables de la salle de séjour. Traditionnellement aux Etats-Unis, ces «Spreads» sont une façon de briser la monotonie des horribles repas servis en prison et de créer un sentiment de communauté parmi les détenus. D’habitude, ces repas sont frugaux et préparés par les gangs pour leurs membres, ou bien par des groupes éthniques spécifiques pour leurs membres: les blancs pour les blancs, les noirs pour les noirs, etc.

Lorsque Roger McGowen était dans le couloir de la mort, il a commencé la tradition de fêter son anniversaire en partageant un petit repas composé de collations avec tout-le-monde: détenus blancs, noirs et hispaniques dans son entourage. Ces six dernières années, depuis qu’il a quitté le couloir de la mort, Roger a commencé à faire appel au concours de plusieurs amis détenus de confiance pour recevoir les fonds supplémentaires que je leur envoyais, afin qu’ils puissent organiser de plus grand repas le dernier vendredi de chaque mois, dans leur bloc de cellule A-4. Par le bouche-à-oreille, en peu de temps, nombreux étaient ceux qui souhaitaient être transférés au bloc de cellules de Roger, à la prison Wynne, afin de partager cette culture nouvelle et chaleureuse qu’ils avaient créée.
Finalement, en novembre dernier, avec l’encouragement et les dons supplémentaires de donateurs français, Roger a recommandé plusieurs détenus d’autres blocs de cellules pour qu’ils perçoivent nos dons et organisent leurs propres repas. Les résultats ont été spectaculaires et nous ont conduit aujourd’hui à financer ces repas dans 5 blocs de cellules différents (avec jusqu’à 160 détenus par bloc) et dans un dortoir (de 40 détenus). Le nouveau directeur de la prison, Rocky Moore, les soutient et a ordonné aux gardiens de laisser ces repas continuer sans interruption. Si nous avons les financements, nous envisageons de continuer à soutenir ces rassemblements mensuels qui sont en train de transformer le comportement des détenus et des agents pénitentaires et de changer l’atmosphère de la prison Wynne pour le mieux, en effet les blancs, les noirs et les hispaniques se rassemblent, se saluent, se serrent dans les bras amicalement et transcendent les questions de race et d’ancienne affiliation à un gang. Roger et moi sentons que nous créons un modèle important qui pourrait être reproduit dans d’autres prisons. Comme l’a dit Roger, «Certains gars vont sortir de prison, et nous sentons que ce que nous faisons les aident à devenir de meilleures personnes, des personnes que vous seriez heureux d’avoir comme voisin!»

Voici quelques lettres que j’ai reçues en décembre et en janvier, beaucoup parmi les plus courtes ont été écrites sur de magnifiques cartes de voeux faites à la main.
Amicalement, Olé!
Ron
Ronald Radford, guitariste de flamenco
Administrateur du Fonds Fiduciaire Roger McGowen
Appelez ou envoyez un SMS au: (+1)3 14 95 47 270
www.ronaldradford.com
«Une expérience inoubliable de la bouleversante musique tzigane espagnole.»

Notre soutien pour proposer les “Spreads” , ou repas à partager avec tous:

Le repas du Nouvel An au Bloc C3 était mieux que les précédents. Cette fois-ci nous l’avons préparé ensemble. Tout-le-monde a eu son bol à temps et ceux qui voulaient boire avaient le choix entre un soda aux myrtilles ou un soda Purple Passion. Nous nous améliorons chaque fois que nous avons la chance d’amener de la joie au bloc avec un repas. Nous avions une file d’attente pour de vrai! Chaque plat était tellement chaud et prêt à être mangé qu’il fumait encore! Tout était très bien présenté. Si nous avions pu prendre une photo pour votre album et le nôtre! C’était un vrai moment familial.
Ron, j’aurais aimé que vous voyez les visages de ceux qui sont en prison depuis longtemps, ils étaient tellement émerveillés et ont dit que c’était la première fois qu’ils voyaient quelque-chose comme ça depuis toutes ces années qu’ils sont en prison. Ils ont dit qu’ils n’avaient jamais vu de noirs, de blancs et de mexicains se rassembler, surtout pour un repas. Nous avons tous remercié Dieu de rendre cela possible. Nous vous avons aussi remercié d’avoir laissé Dieu se servir de vous et de l’association pour être des anges et des saints pour le bloc C3, et aussi pour les autres blocs que vous aidez.
Une fois de plus, nous avions un bon surveillant au bloc. Le premier plat était composé de dinde, de boeuf et de macaroni au fromage. Le second était une pizza à la viande de boeuf. Le troisième était des nachos au fromage, à la viande et aux saucisses! Comme boissons nous avions du Kool-Aid, Blueberry et Purple Passion.
Vous aimer c’est comme nourrir mon âme! Deux choses définissent une personne dans la vie: sa patience quand elle n’a rien et son attitude quand elle a tout. Gardez toujours cette joie et cet amour dans votre coeur mon frère et amusez-vous! Avec mon amitié, merci!
Marcom Stagg

A tous nos amis que je nomme les «Anges sur nos épaules», j’aimerais dire que c’est à la fois un honneur et un plaisir d’utiliser cette plate-forme pour témoigner de ma profonde gratitude pour votre gentillesse et votre générosité. Si je veux être vraiment honnête, vous devez savoir que pour moi cet échange s’est avéré difficile car il n’y a pas de mots pour exprimer un tel degré de reconnaissance. Je ne connais pas de langage suffisamment fort pour décrire avec des mots les vies que vous avez touchées, les murs que vous avez brisés, les coeurs et les esprits que vous avez restaurés. Dans un lieu dépourvu d’espoir et de foi, votre amour, votre engagement et votre contribution résonnent, défiant la gravité de ce poids qui pèse lourd sur les épaules de tous ici.
Avec votre aide, mes frères et moi nous voyons offrir l’opportunité de créer et de partager une atmosphère bénie et spirituellement contagieuse, avec le coeur pur. Quand nous nous réunissons autour d’un bon repas préparé avec notre coeur et nos mains, nous voyons les différences se dissiper, les egos et les attitudes changer et la méchanceté fondre comme du fromage sur des «Nachos Macho», mon plat préféré! LOL!
Mais sérieusement, je veux que chaque coeur et que tous les Anges sachent que je crois que ce qui vient du coeur rejoint le coeur, et de cette façon vous avez donné sa pleine capacité à mon coeur. Je prie pour que votre vie soit bénie, mes amis et Anges!
Lakim Guild

Je vis dans un dortoir divisé en différents groupes éthniques à cause du racisme. Les blancs mangent avec les blancs. Les noirs mangent avec les noirs. Les mexicains mangent avec les mexicains, etc. Il y a environ trois semaines vous avez transféré 50 dollars sur mon compte pour que je propose un repas à mon dortoir. Pour vous dire la vérité, Ron, je ne croyais vraiment pas que tout-le-monde serait d’accord pour partager un repas. Et pourtant, surprise! J’avais tort! Ce qui m’a le plus touché c’est que chacun s’est donné la main et a prié avant de commencer 🙂 Cela s’est passé le 31 décembre 2018, nous avons ri, nous nous sommes pris dans les bras et nous nous sommes amusés! 🙂 Quelle belle façon de commencer l’année, hein? 🙂 Ce ne serait pas arrivé sans vous et les autres membres de votre association, Ron. Les gars du dortoir vous envoient leur amitié et leur gratitude.
Merci beaucoup mes amis! Que la paix soit avec vous.
Adrian Eleby

Merci du fond du coeur pour tout ce que vous faîtes et avez fait pour moi. Je vous envoie toute mon amitié et ma meilleure énergie, à vous et à tous ceux qui participent à nous ouvrir un chemin. La vérité c’est que c’est difficile de vivre dans cet endroit avec le sourire. Mais en ayant des frères et soeurs comme vous qui se tiennent à nos côtés, je remarque que je souris beaucoup plus. Et j’ai les deux meilleurs correspondants, que vous m’avez aidé à trouver! Alors, je vous le répète, merci beaucoup pour tout ce que vous avez fait pour moi!!!
Le repas que nous avons organisé en novembre était bon! Mais celui que nous avons organisé le 29 décembre a été un incroyable succès! Tous les gars ont eu à manger, et s’ils le souhaitaient, ils pouvaient se reservir jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus. Tout-le-monde était content. Nous avions deux fois plus de nourriture que la dernière fois et plus de gars sont venus qu’en novembre. Cette fois-ci nous avions aussi beaucoup de chips et de boissons. J’aimerais ajouter que tout-le-monde a été respectueux les uns des autres, car au lieu de se précipiter pour se servir et manger, nous avons formé une queue et des personnes servaient à chaque table. Donc tout était en ordre. Nous sommes très heureux que ça se soit passé comme ça! Ah oui! Je fais les pizzas et croyez-moi «Pizza Hut» ne m’a rien appris! LOL! Nous sommes tous enchantés de continuer ces évènements, Ron, et nous sommes heureux d’aider à les organiser. Merci de croire en nous, et de nous donner cette responsabilité. C’est très important pour moi. Je vous envoie mon amitié et ma meilleure énergie!
Victor Todd Williams

Quand je dis que samedi a été l’une des meilleures expériences que j’ai eues en prison… et bien, les mots ne peuvent même pas la décrire! Ron, mon frère, j’ai vécu beaucoup de choses mais ça, ça atteint le sommet! C’était incroyable de voir le visage des gars. J’aurais aimé avoir un appareil photo pour les capturer. C’était inestimable!
Au début, je dois l’admettre, il y avait des gars qui étaient réticents car la prison peut être un endroit divisé et froid vu la lourdeur de l’environnement. Mais une fois que les gars ont vu que notre volonté d’accueillir était sincère et authentique, ils se sont joints à nous, avec le coeur ouvert.
Comme je vous l’ai rapporté dans ma précédente lettre, je suis reconnaissant de tout ce que vous et votre association faîtes pour nous. Parce-que vous êtes une lumière dans un lieu sombre, vous restituez l’espoir aux individus qui étaient sur le point d’abandonner, et vous montrez à ceux qui avaient perdu le sens de la réalité qu’il y a des gens biens et honnêtes dans cette société, qui se sentent concernés par nous.
Comme je l’ai exprimé à tout-le-monde, cet «évènement», car c’était un évènement, était bien plus qu’un repas. C’est le retour de l’espoir, de l’amour, de l’unité, et c’est quelque-chose dont ce lieu avait besoin depuis longtemps.
Bien-sûr tout-le-monde vous dit: «Merci et que Dieu vous bénisse!», et ils sont vraiment impatients de participer de nouveau à un tel évènement. Et pour ma part, Ron, mon frère, je vous tire mon chapeau, car ce sont des frères comme vous qui rendent le monde meilleur… et je ne sais pas où nous serions sans vous. Je vous souhaite amitié, paix et harmonie.
Rodney Keith Cash

Nous avons organisé le repas au C3 pour la deuxième fois la nuit dernière, et c’était génial en tous points. Comme pour tout, ça s’améliore à chaque fois qu’on le fait et cela n’a pas fait exception. Nous avons eu la chance d’avoir le même gardien que la dernière fois, donc il savait de quoi il s’agissait quand il nous a vu tout installer. Nous avons préparé trois tables en rangée et tout-le-monde dans la salle de jour (c’était bondé!) a formé une file d’attente et s’est installé aux tables une fois servi, de façon très respectueuse. C’était un vrai spectacle de voir tous ces sourires et de sentir cette ambiance d’hommes heureux et au ventre plein! Je tiens personnellement à répondre systématiquement aux remerciements par «S’il vous plaît ne me remerciez pas, remerciez Dieu, car ceci est une bénédiction et s’Il ne nous avait pas bénis à travers les autres, rien de tout cela ne serait possible!»
Quand tout-le-monde était servi et que la nourriture était presque finie, j’ai fait un pas en arrière et j’ai regardé autour de moi et j’ai pensé que c’est merveilleux d’être un instrument de l’amour de Dieu et de recevoir cette opportunité grâce aux dons de personnes que je ne connais même pas! C’est un sentiment tellement bouleversant que je n’ai pas les mots pour le décrire. Vous et tous ceux qui font partie de cette initiative êtes en train de changer le regard des gens et vous leur redonnez de l’espoir. Je remercie Dieu tous les matins et toutes les personnes impliquées. Sachez que j’apprécie grandement tout ce que vous faîtes, et sachez que votre gentillesse a un impact énorme et transforme littéralement la vie des gens, je le sais car je fais partie de ces gens! Merci du fond du coeur de la part du bloc de cellules C3.
Edward Hughes

Je veux juste prendre le temps de vous témoigner à quel point nous apprécions le temps et l’effort que vous nous consacrez. Quelle meilleure occasion que le jour de notre repas partagé pour vous dire que nous vous sommes tellement reconnaissants! C’est un sentiment très réconfortant de savoir que nous pouvons toujours compter sur vous pour être notre porte-parole quand nous sommes enfermés; notre meneur de troupe quand on se sent découragés; notre conseiller quand on a besoin d’être écoutés. En fait, peu importe ce dont on a besoin il semble que vous sachiez quoi dire et quoi faire d’une façon ou d’une autre. Et comme le repas partagé est une occasion de célébrer, c’est aussi le bon moment pour vous exprimer les sentiments et la gratitude qui souvent ne sont pas dits. Quoi qu’il en soit, merci pour votre amour, votre attention et votre intérêt!
Dontrale Brown

Le soutien aux personnes que nous avons aidées:

A toutes ces personnes merveilleuses qui continuent de nous aimer et de nous soutenir en prison: c’est grâce à vos belles âmes, à l’amour que vous partagez, à vos mots gentils, au temps que vous prenez pour nous écrire, avec d’autres détenus, que vous ouvrez les coeurs, enlevez le désespoir et apportez l’espoir à beaucoup de personnes qui avaient abandonné tout espoir. Grâce à de merveilleuses personnes comme vous, mon super ami Roger McGowen sera libre, et il est déjà libre dans sa tête et dans son esprit, et grâce à vous, j’ai l’espoir d’être libre aussi! Je vous remercie tous du fond du coeur. Parce-que vous vous sentez concernés, j’ai maintenant une nouvelle paire de tennis! C’est juste de dire: «Grâce à des personnes comme vous qui donnez de l’attention, je donne de l’attention aussi!» De coeur à coeur, je vous remercie! Merci! Que Dieu vous bénisse.
Emilio Rodriguez

Nous vous remercions d’apporter de la lumière et de l’éclat à nos vies et à notre situation. Cela fait du bien de savoir que nous ne sommes pas seuls et que quelqu’un pense toujours à nous et parle toujours de nous. «Merci» est un mot qui n’a pas de sens en soi, et les paroles ne suffisent pas. Mais nous vous remercions malgré tout, car c’est le seul moyen dont nous disposons ici. Merci beaucoup! Que la paix soit avec vous!!
Adrian Eleby & Victor Williams

Cette lettre est un gage modeste de ma reconnaissance envers vos actes de bonté concernant ma situation. Vous et Roger êtes une immense bénédiction et un encouragement qui nous aident tous ici à la prison Wynne. Nous vous serons toujours redevables. Vous nous aidez à nous accepter et à nous valoriser. Souvent, la peur du rejet a tendance à fermer le coeur de l’homme parce-que la douleur est insupportable. Il devient alors d’une certaine manière amer et dur. C’était moi à un moment donné, M. Ron. J’ai perdu beaucoup au cours de mon incarcération. Mais j’étais loin de penser que j’étais fen train de devenir la personne que je suis aujourd’hui. Je suis plus fort que jamais. Ma morale et mes principes se sont élevés au-delà de mon entendement. J’ai appris que chaque étape de la vie comprend ses propres défis et son potentiel. Quelque-part au-delà de ces défis se cache la victoire indéniable pour celui qui les surmonte jusqu’à la fin. Je ne laisserai pas cette peine conquérir mon esprit ou faire fléchir ma foi. Je continuerai à purger ma peine et ne laisserai pas la peine me submerger! Merci encore pour votre amour et intérêt envers nous. Que votre journée soit remplie de joie et de félicité. Que la paix soit avec vous!!!
Adrian Eleby

Je m’appelle Sam Jones et je suis bénéficiaire de vos dons généreux. Je vous écris pour vous exprimer ma reconnaissance sincère et profonde pour votre aide et pour vous partager comment votre aide a rééllement changé ma vie. Au cas où vous ne seriez pas au courant, je tiens à vous informer que le système carcéral du Texas ne paie pas les détenus pour leur travail. Notre travail est totalement gratuit. Par conséquent, en substance, nous sommes des esclaves du gouvernement d’état qui rend les détenus complètement dépendants de la prison pour leur fournir les produits de nécessité. Cependant, la prison ne fournit pas suffisamment de produits de nécessité (parfois pas du tout)… comme par exemple, entre autres, du déodorant, de la crème pour le corps, du gel, du bain de bouche, etc. Et pour les détenus comme moi qui sont pauvres et qui n’ont pas de famille qui leur envoie de l’argent pour acheter ces produits d’hygiène, nous tombons dans le cycle du désespoir, de la solitude et de la dépression. Mais grâce aux personnes qui soutiennent bénévolement Roger McGowen, moi et d’autres détenus avons reçu une aide de votre part pour acheter ces produits d’hygiène dont nous avons besoin, et aussi de la nourriture et des en-cas. Et nous vous en sommes sincèrement reconnaissants.
Je tiens également à vous remercier de m’avoir offert une machine à écrire. Je suis un plaideur autodidacte (c’est-à-dire que je n’ai pas de formation universitaire). J’agis en justice et j’engage des poursuites au civil contre le système carcéral en mon nom et en celui d’autres personnes de la prison. Je plaide aussi pour ma propre condamnation, en tentant de faire casser le jugement.
Grâce à vous et à cette machine à écrire, je peux maintenant présenter des notes et des motifs de lois tapés et de qualité professionnelle aux tribunaux, au lieu de documents recopiés à la main. Vous êtes vraiment des gens extraordinaires, chaleureux et avec un bel esprit et vous faîtes des choses extraordinaires pour les prisonniers!
Pour terminer, je serais négligent si je ne mentionnais pas mon très cher frère et meilleur ami Roger McGowen. Car sans Roger, qui m’a présenté à vous, je n’aurais jamais reçu votre aide. Roger est comme vous, il a un coeur généreux et un bel esprit. Allah (Dieu) a donné à Roger une grande humilité. Je suis tellement reconnaissant que Roger et vous comptiez parmi mes amis. Merci à tous!
Sam Jones

Qu’est-ce que je me sens bien et je vous suis très reconnaissant pour tout ce que vous faîtes! Je veux me présenter et vous connaître depuis longtemps. Et bien c’est une bonne chose que vous ayez envoyé votre adresse postale. Ron, toi et Roger êtes la seule famille que j’ai et je me sens très chanceux de vous avoir. Chaque fois que vous m’avez dit dans vos messages Jpay «Tu n’es pas seul!», je l’ai senti, Ron. Pour moi vous êtes un gars super. Et Roger m’a montré un très bel exemple. Vous ne croiriez pas ce que j’ai vu et ce que j’ai vécu, Ron. Ce que j’en ai tiré, c’est une nouvelle force. J’ai été vraiment chanceux et je suis heureux d’être qui je suis aujourd’hui.
Alvester Sanders

Je vous salue et vous adresse tous mes respects. Je souhaite que lorsque vous lirez cette lettre vous irez bien. Vous devriez aller bien car votre générosité n’est pas seulement grandement appréciée, mais c’est aussi un geste qui montre où se tourne votre coeur. Une personne avec un si grand coeur mérite de vivre heureux. C’est vrai! J’écris cette lettre pour vous accorder le mérite qui vous est dû. Votre générosité m’a surpris, et quand on y pense, c’est malheureux. Ce que je veux dire c’est que votre générosité est une chose rare, ce qui fait de vous et de votre association des personnes rares! Je ne peux vous remercier assez pour tout le bien que votre générosité a apporté.
Honnêtement, je n’ai jamais pensé que j’avais besoin d’aide. Je connais Rock (Roger) depuis un moment, et j’ai vu le bien qu’il fait, mais je n’ai jamais eu besoin d’aide. Je pensais que les autres avaient plus besoin d’aide que moi. Et puis, j’ai finalement eu besoin d’aide. Je ne pourrais vous remercier assez, vous et tout le groupe! C’est difficile d’expliquer le sentiment qu’on ressent quand on peut s’acheter des produits d’hygiène pour soi, ou même une glace, pour se sentir de nouveau «humain», même si ce n’est qu’une minute, le temps de manger cette glace! Je pourrais continuer sur des pages et des pages! Sachez seulement que je vous apprécie bien plus que les mots sur le papier peuvent l’exprimer. Je vous suis éternellement reconnaissant.
Kenneth Sheets

Bonjour mon ami. Quand je dis «ami» je veux vraiment dire «ami»! Ce que vous et Roger faîtes pour moi, je ne pourrai jamais vous le rendre. Mais mon amour, ma loyauté et mon amitié c’est pour la vie. Vous m’avez tous donné l’espoir pour continuer d’avancer. C’est ma mère qui me donnait de l’argent, mais elle devait payer ses factures. En fait, les 20 dollars qu’elle m’envoyait de temps en temps servaient normalement à payer son essence et alors elle devait emprunter de l’argent! J’aime tellement ma mère et je déteste lui demander quoi que ce soit, mais j’ai besoin de produits d’hygiène. Les 50 dollars que vous m’avez envoyés, ce n’est pas grand-chose pour certains mais pour moi qui avait seulement 20 dollars environ tous les mois, et parfois rien du tout, c’est tout ce dont j’ai besoin. J’ai dit à ma mère tout ce que Roger et vous avez fait pour moi. Elle non plus ne peut vous remercier suffisamment! Alors, si vous avez besoin d’aide à Houston, au Texas, dîtes-nous si nous pouvons faire quoi que ce soit, peu importe quoi. Dîtes-le et elle accourra. Le souci que vous avez aidé à enlever de ma tête a été remplacé par du bonheur!
Je vous remercie vous et tous ceux qui nous ont fait des dons. J’écrirais à ceux qui donnent de l’argent et à ceux qui sont simplement mes amis. C’est bien plus que de l’aide. Vous nous donnez la vie. Et je sais que vous ne recevez pas de récompense pour ce que vous faîtes, mais à nos yeux vous êtes un champion à la médaille d’or! Merci beaucoup. Je vous aime tous!
Victor Todd Williams

Que la paix soit avec vous et que vous soyez bénis. Je prie pour que le Créateur vous donne autant que ce que vous donnez au monde, et même plus! Ce sont des gens comme vous qui donnez aux gens comme moi la vie et l’espoir. Je vous remercie à vie. Je crois sincèrement que je ne pourrais jamais vous remercier suffisamment. La vie a été très dure depuis treize ans et demi que je suis ici mais malgré tout je continue d’avancer sur mon chemin. Je remercie le Créateur pour Rock (Roger). C’est comme s’il avait lu mes difficultés dans mes yeux et dans ma douleur. Je n’ai personne de proche côté famille, je suis seul ici sans soutien et parfois les gens ici peuvent dégénérer! C’est comme si les personne importantes n’entendaient pas les cris du monde. Elles ne pensent qu’à elles. J’étais perdu, mais vous m’avez cherché, vous m’avez trouvé et vous m’avez donné la vie, l’espoir! Alors, je vous remercie vous et votre groupe de soutien, car le monde a simplement besoin de lumière! Je vous remercie d’avoir fait de mes rêves la réalité. Et maintenant que c’est dit, je vous laisse comme je suis venu, en vous souhaitant la paix et en vous bénissant tous.
LaCarlton Mitchell

Monsieur, je veux simplement vous dire que vous et votre groupe êtes des gens inspirants! Je vais bientôt être en libération conditionnelle et je souhaiterais faire partie d’un groupe comme le vôtre, sembable à ce que vous représentez. Il y a beaucoup d’êtres humains ici qui ont cruellement besoin d’aide en tout genre, mais peu de gens le savent car peu de gens s’en soucient. Je suis ici depuis 21 ans et j’ai perdu mes deux parents pendant mon incarcération, donc je n’ai plus aucun soutien. Alors l’aide que vous et votre groupe m’avez donnée, j’espère pouvoir la donner à mon tour lorsque je serai libéré, et aider les autres. Je vous remercie tous de toute mon âme. Je vais faire ma part et répandre l’amour vers tous ceux que je peux atteindre. Merci!
Bobby Brown

Tout d’abord, laissez-moi vous remercier d’avoir aidé mon ami Wrandy Little. Je lui avais parlé de vous, de «Rock» et de votre groupe de soutien international, et je lui avais dit qu’il y avait des gens gentils qui voulaient nous aider. Je dois avouer qu’il a eu du mal à me croire jusqu’à ce que vous lui envoyiez la lettre Jpay. Vous auriez dû voir sa mine, M. Radford. Je ne peux pas décrire ce que j’ai ressenti de voir mon ami si heureux. Cet homme n’avait pas mis les pieds à la cantine depuis plus de quatre ans. Je souhaite également vous remercier de m’avoir aidé plusieurs fois cette année. Comme je l’ai dit précédemment, je ne peux pas trouver les bons mots pour vous exprimer à quel point je vous suis reconnaissant. Ce sont des personnes comme vous, Rock et votre groupe qui rendez le monde meilleur!
Ellis Jackson

¡Hola! ¡Como estas! Je vais bien, et cela va sans dire, je me sens béni d’avoir des gens comme vous, Roger et votre groupe dans ma vie, qui s’intéressent assez pour avoir fait de mon anniversaire un jour mémorable. Ma famille voulait faire quelque-chose pour moi, mais à cause des vacances et du manque d’argent, ils n’ont pas pu m’aider. Alors, merci infiniment pour le don que vous avez transféré sur mon compte. Il n’y a rien qui rende quelqu’un plus heureux que de savoir qu’on pense à lui/elle le jour de son anniversaire! Donc merci du fond du coeur. Je vous remercie sincèrement et je vous serai éternellement reconnaissant. Sans aucun doute!
Vous êtes sur ma liste de prières maintenant. Si vous avez besoin d’une prière pour quoi que ce soit, sachez que vous pouvez compter sur moi. J’ai une solide équipe de priants à mes côtés, et j’ai vu des miracles se produire ici grâce à ces hommes et à leurs prières dévouées. Que Dieu vous bénisse!
Lorenzo Villarreal

J’aimerais vous remercier pour votre aide. C’est extrêmement difficile pour moi de demander quoi que ce soit à qui que ce soit, mais s’il y a une chose que j’ai appris c’est l’humilité et de rendre gloire à Dieu. Le fait que des gens dans ce monde soient si généreux qu’ils donnent à un parfait étranger me fait croire que Dieu est grand et qu’il est partout. Merci beaucoup pour votre aide et votre soutien.
Derick Hunt

Merci beaucoup pour le cadeau et les mots d’encouragement que vous m’avez envoyés. Cela veut dire beaucoup pour moi de savoir que des gens de l’extérieur s’intéressent à moi! Bonne année!
Timothy Morgan

Juste quelques mots pour vous remercier vous et Roger McGowen pour tout ce que vous avez fait pour moi. Je n’ai personne à l’extérieur pour m’aider. Grâce à vous tous j’ai passé un Noël merveilleux et je ne peux suffisamment vous remercier pour tout ce que vous faîtes. Merci.
Lucas Thomas

J’ai reçu votre mél Jpay, ainsi que vos dons et je veux vous exprimer ma reconnaissance et vous remercier, très sincèrement! Cela fait vraiment du bien d’avoir un lien avec la société et de savoir que quelqu’un dans cette société veut être en lien avec moi! C’est quelque-chose dont j’ai vraiment besoin pour libérer mon esprit des contraintes de ma situation. Je vous suis très reconnaissant pour votre soutien et je vous souhaite le meilleur et du succès tout au long de votre vie. Merci encore!
Chico Hill

Au nom de Dieu, je souhaite vous remercier pour l’aide inestimable que vous avez donnée à une personne comme moi. Que Dieu vous bénisse vous et votre famille, et je vous souhaite une très heureuse nouvelle année. Merci de me permettre de recevoir votre bénédiction.
Edgar Arroyo

Tout d’abord, j’aimerais vous dire que Dieu vous bénisse. J’apprécie votre groupe et je vous suis sincèrement reconnaissant. Cela faisait longtemps que quelqu’un ne s’était pas intéressé à moi. Les dons que vous m’avez envoyés m’ont permis d’acheter des produits d’hygiène dont j’avais besoin, mais que je ne pouvais pas me permettre financièrement. Maintenant que Dieu m’a enfin entendu pleurer, il m’a envoyé un ange pour faire attention à moi! Je ne me sens plus seul, enfin. Merci pour tout ce que vous faîtes pour moi. J’ai vu des hommes se réunir grâce à votre association. Je prie pour que ces bénédictions continuent dans nos vies. En tout cas, cela a fait une différence dans ma vie! Je sais que j’ai un véritable ami et pas quelqu’un qui me tournera le dos un jour. Je dois reconnaître que je suis béni, et que je ne suis pas un déchet dont personne ne se soucie. S’il vous plaît restez dans ma vie, et dans celle des autres.
Larry Ashley

Salut Ron! C’est Sam, comment allez-vous mon frère? Bien j’espère, et je prie pour qu’Allah (Dieu) vous bénisse vous et votre famille et vous donne la meilleure santé. J’ai exprimé ma reconnaissance de façon collective précédemment, et je vous ai remercié pour l’amour et le soutien dont vous m’avez couverts pendant toutes ces années. Aujourd’hui, j’aimerais vous remercier personnellement et individuellement pour tout ce que vous avez fait pour moi, et tout ce que vous faîtes pour nous tous, incarcérés dans le «ventre de la bête»!
Comme je suis très proche de Roger tous les jours, je suis tout-à-fait conscient du fait que vous nous aidez constamment, que ce soit en téléphonant aux instances compétentes pour exprimer une plainte en notre nom, téléphoner au nom d’un détenu en particulier, chercher une information sur internet pour nous, vous y arrivez toujours et je vous remercie du fond du coeur pour cela. Je vous remercie personnellement et au nom des innombrables détenus que vous aidez, vous et Roger.
Pour finir, mon frère, laissez-moi vous dire que je me sens sincèrement honoré que vous et Roger me considériez comme un ami au point de me donner votre adresse postale pour vous écrire, et votre numéro de téléphone pour vous appeler. Comme je l’ai dit à Roger, je vous le dis maintenant, je suis loyal envers mes amis et je ne trahirai jamais votre amitié ni votre confiance. Je vous aime tous les deux. Merci. Vous êtes mes amis pour toujours.
Sam Jones

Je me sens vraiment béni et immensément reconnaissant envers vous et le Groupe International de Soutien. Vous m’avez énormément aidé par votre amour et votre soutien. Je suis un parmi tant d’autres incarcérés, sans famille et sans soutien. Parfois c’est dur de continuer quand personne ne vous aime. Néanmoins, vous avez enlevé un poids de mes épaules et vous m’aidez à rendre ma situation plus facile, grâce à vos contributions. Et pour chaque contribution, je trouve une personne qui a moins de chance que moi et je lui donne 10%. Ainsi, la bénédiction se perpétue et s’accomplit. Ma reconnaissance est sans limite et je voudrais vous remercier du fond du coeur pour votre gentillesse et votre générosité. Je prie pour votre prospérité et votre bonne santé, et pour la prospérité de votre âme.
Joseph Freitas

Merci de faire briller votre lumière sur les ténèbres de ma vie et de remplir le vide de l’abandon. Je suis éternellement reconnaissant d’avoir quelqu’un comme vous dans ma vie. Voici un poème que j’ai écrit pour vous:

«LE DESIR DE DONNER»
«J’ai besoin» efface «Je veux».
Je désire sentir, cependant je ne ressens pas.
Je cherche à comprendre,
cependant je suis ignorant.
Je m’accroche aux émotions,
je voyage sur les montagnes russes.
Aussi étourdi qu’un chien qui court après sa queue,
je tombe à la renverse,
en chute libre jusqu’en enfer.
Votre amour me rattrappe,
et vous étanchez ma soif!
Samson Winn

Je voudrais vous remercier d’être entré dans ma vie. C’est une bénédiction et je prie Dieu chaque jour pour vous. Voici ceux qui rendent le monde meilleur par ce qu’ils sont. Des gens comme vous! Je suis sincèrement reconnaissant de votre gentillesse et de votre considération. Vous êtes des personnes qui se soucient vraiment des autres. Je suis reconnaissant de tout ce que vous êtes, car vous avoir comme famille m’a apporté beaucoup de joie. Cela m’a fait réaliser que Dieu existe. De la part de votre frère pour la vie!
Haze Arin

La Bible dit que Dieu agit à travers les gens pour répandre l’amour et la bénédiction. Je suis dans le système depuis un moment, et c’est la première fois que je vois quelque-chose comme ce que vous faîtes. J’ai dû gérer de gros problèmes personnels et à cause de ça j’ai perdu quasiment tout le soutien du monde extérieur. Cependant, Dieu a touché le coeur de quelqu’un qui m’a contacté et s’est proposé d’être mon correspondant, sans même savoir quelle était ma situation.
J’ai reçu deux dons de votre organisme qui m’ont permis de survivre, et récemment j’ai pu aider à préparer le repas partagé pour tout le bloc.
Malgré mes problèmes, votre organisme m’a rendu l’espoir. La plus grande bénédiction a été de donner aux autres, même à ceux qui ont encore moins de chance que moi. C’était incroyable de voir les yeux brillants de larmes de certains gars et leur reconnaissance. C’est important pour ceux qui participent en coulisses de savoir que cela a touché le coeur de beaucoup de personnes et que ça a fait une grande différence. Merci beaucoup pour tout ce que vous faîtes pour nous tous! Que Dieu vous bénisse.
Edward Hughes

Ronald Radford, est guitariste flamenco. Ce brillant virtuose du flamenco américain a reçu des ovations  sur quatre continents. Il a été acclamé à Mexico pour ses performances « égales à celles de toutes les scènes de flamenco à Madrid, à Séville ou en Andalousie ». Ses concerts au Carnegie Recital Hall et au Kennedy Center ont été accueillis avec enthousiasme, mais l’hommage le plus élevé vient de Madrid: « Il a joué, l’équivalent espagnol de la soul! »

Protégé du légendaire Carlos Montoya, Radford a vécu et voyagé en Espagne, où il s’est immergé dans la sagesse musicale des maîtres de la guitare gypsy flamenco, Diego del Gastor, Pepe de Badajoz, Paco de Lucia et d’autres. De plus, il a étudié la guitare classique avec Andres Segovia, Pepe Romero et Jose Thomas.

Il est le seul à avoir reçu une bourse Fulbright en guitare flamenca en Espagne.

Ses tournées internationales l’ont amené dans dix-huit pays, de l’Australie à la Suisse et du Vietnam au Panama. Il a effectué des tournées au Département d’État américain en tant qu’ambassadeur de musique au Mexique, au Guatemala et dans d’autres pays d’Amérique latine. Son CD passionnant, Viva Flamenco! et DVD Live Your Passion ont été téléchargés dans plus de 80 pays du monde! Cet artiste doué vous emmène bien au-delà du concert de guitare habituel. Radford complète sa technique magistrale par une narration éclairante qui recrée l’essence même de cet ancien folklore, le flamenco – le battement de cœur de l’Espagne. Ronald Radford est né en Californie, a grandi dans l’Oklahoma et vit maintenant à St. Louis, dans le Missouri (États-Unis), où il poursuit sa carrière en tant qu’un des ambassadeurs les plus réussis de la musique flamenco au monde.