Qu’est ce que la liberté ?

Cela fait des siècles que les philosophes de la terre se penchent sur la liberté ; depuis l’avènement de la pensée matérialiste, chacun apporte SA théorie, théories qui ne font pas toujours l’unanimité.
La révolution française nous a apporté la fameuse triade Liberté-Egalité-Fraternité. Depuis les hommes se cachent derrière cette formule, qui est devenu l’emblème de la république, formule qui n’a jamais été respectée. Donc la république, les philosophes et toute la société se cachent derrière un mirage, une illusion… un mensonge que nous enseignons à nos enfants derrière un enseignement dit laïc.
Alors pourquoi cette liberté n’est-elle pas réalisée ? Parce que nous nous fourvoyons dans sa définition. Prenons l’exemple de la prison ; nous pensons tous que la prison est la perte de la liberté. Oui, la prison amène une perte évidente de liberté, mais une liberté que j’appellerais extérieure. Mais cette liberté, appelée extérieure, est-ce réellement LA liberté ?

Pour illustrer mon propos, je vous présente l’histoire de Roger W Mc. Gowen (voir rubrique livre du site ; ‘’messages de vie : un condamné à mort témoigne ’’ Ed Jouvence). Roger a été condamné à mort à l’âge de 22ans, il y a 33 ans, pour un crime qu’il n’a pas commis. Il a passé 31 années de sa vie dans le couloir de la mort. Il a failli être exécuté à deux reprises. Grâce au travail de ses avocats, sa peine a été transformée en prison à perpétuité et cela fait plus de 20 ans que de nombreuses personnes à travers le monde ont créé des associations pour chercher les preuves irréfutables de son innocence, aux yeux de la ‘’justice’’ américaine.
J’organise depuis quelques années une rencontre de travail entre dento-humanosophes français et italiens. Cette rencontre est dédiée à Roger. Cette année Roger a eu, pour la première fois, la possibilité de nous écrire.
Je vous suggère de prendre le temps de savourer ce moment d’humanité hors du commun.

1er novembre 2018

Cher Michel et chers amis,

C’est un grand honneur pour moi de pouvoir partager ce moment avec vous. Je ne pourrai jamais vous remercier suffisamment pour tout l’amour et le soutien que vous m’avez donné, ni pour celui que vous avez apporté  à tous ces hommes ici avec moi, qui ont bénéficié de votre générosité.

Parfois, les gens qui me saluent me demandent: « Comment vas tu aujourd’hui Roger? »

Je leur réponds que je me sens bénis que Dieu en ouvrant mes yeux me permette de refaire aujourd’hui ce que je n’ai pas réussi à bien faire hier. Ainsi, tout dépend de moi.

Oui, chaque nouvelle journée est la possibilité pour moi comme pour vous d’essayer de faire mieux que ce que nous n’avons pas réussi à faire hier.

Je peux vraiment dire que je crois être où je suis supposé être en ce moment, je suis à la bonne place. Hier, alors que je parlais avec Tony, mon avocat, il m’a dit ceci: » J’aimerais pouvoir te redonner un peu de ce qui t’a été pris pendant toutes ces années. » Il était si sincère que je fus profondément touché par ses paroles.

Je lui ai répondu que oui, effectivement j’ai perdu tant de choses pendant ces années. J’ai perdu la chance d’avoir une famille, une maison et surtout j’ai perdu ma liberté. Cependant, ce que j’accompli maintenant ici me semble si important. Aurais-je agi de la même façon à l’extérieur sans savoir que l’opportunité de faire la différence était possible? J’y ai tant gagné ici, j’ai été touché par l’Amour et une fois touché par l’amour, rien n’est plus semblable. J’y ai gagné une vision différente de la vie, un espoir que je n’avais même pas lorsque j’étais jeune. A l’époque je n’attendais rien de personne, je ne demandais jamais d’aide parce qu’on m’avait mis dans la tête que c’était une faiblesse.

Alors Tony me répondit à son tour :  » c’est pour tout cela que je t’aime tant Roger et que je me battrais jusqu’au bout pour toi ».

Ma grand mère qui est au paradis, Dieu merci, me disait: « Mon garçon, si tu gardes ton cœur fermé au monde alors le monde gardera le sien fermé pour toi ».
Seul un fou peut se noyer alors que des centaines de mains sont tendues pour le sauver car il est trop orgueilleux pour en saisir ne serait ce qu’une.

Merci pour la main que vous nous avez tendu. Ma grand mère me disait encore: « Au lieu de te tracasser pour ce que tu as fait, occupe toi de ce que tu as à faire maintenant ».
Et c’est bien ce que nous faisons ici, tendre la main à ceux qui ont même oublié le sentiment d’être aimé, d’être considéré comme un être humain et non comme un animal. Bien sûr, nous ne pouvons pas aider tout le monde, cependant nous essayons. C’est votre aide qui rend tout cela possible.
Nous avons aidé certains détenus à retrouver leur famille, nous en avons  aidé d’autre en leur permettant l’achat de vêtements ou alors de produits de première nécessité. Cela peut être une paire de chaussure, une cafetière, une radio ou encore un ventilateur, etc.
Nous organisons également le partage d’un repas chaque fin de mois dans notre salle commune où chaque détenu peut manger gratuitement. Nous avons aussi permis à certains prisonniers qui n’avaient jamais eu les moyens d’acheter quoi que ce soit dans le magasin de la prison, de s’y rendre. J’ai vu des hommes réputés durs pleurer et me prendre dans leurs bras pour me remercier de l’aide que nous leur avions apporté. Tout cela n’existait pas avant que l’on arrive ici. Les membres de différents gangs mangent maintenant à la même table. Cela n’était pas possible avant mon arrivée avec vous pour me soutenir.
Je pourrais continuer encore et encore à vous donner des exemples de ce que nous accomplissons. Nous sommes en première ligne pour combattre la haine. Beaucoup des hommes que nous aidons réintégreront la société un jour et nous espérons qu’ils emporteront avec eux l’amour qu’ils ont trouvé ici, au lieu de repartir avec la haine avec laquelle ils étaient arrivés. Nous souhaitons qu’ils puissent répandre cet amour.

Oui, je pense que je suis à la bonne place pour le moment. Et quand Dieu pensera que j’ai accompli la tache qu’il m’a confié, peut être que plus rien ne me retiendra en prison.
En attendant ce moment, je vais continuer à répandre cet amour aussi loin et aussi largement que possible. Je vous remercie de me permettre cela. Vous êtes des héros inconnus mais sachez que tous ensemble grâce à nos efforts nous améliorons des vies. Ces efforts sont gravés à jamais dans le cœur de ceux qui ont montré que l’amour a le plus grand des pouvoirs et grâce à lui nous faisons la différence. C’est cela qui compte.

Une nouvelle fois, je veux vous remercier. Je pourrais vous dire tellement d’autres choses mais je préfère rester simple. L’amour est quelque chose de simple et je ne veux pas le compliquer. Je veux simplement vous remercier pour votre amour. Vous faites partie de ma famille maintenant. Nous sommes apparentés par l’amour et notre combat contre la haine nous relie. Nous changeons les esprits en changeant les cœurs et l’inverse est vrai. Ainsi, en  touchant un cœur et un esprit un par un,  nous pouvons changer le monde.

 Merci, je vous aime.

 Roger

La puissance de ces mots devrait être véhiculé dans le monde entier.
Dans cette lettre Roger évoque la perte de liberté, que j’ai nommée extérieure. Mais il nous démontre que la réelle Liberté est celle de la Liberté en esprit. Cette Liberté nous appartient totalement et ne dépend d’aucune circonstance extérieure. Cette Liberté est totalement liée à l’Amour inconditionnel ; l’un ne va pas sans l’autre. Mais cet Amour est très difficile d’accès actuellement car son contraire, l’égoïsme, prend souvent toute la place.
On mesure ou plutôt on ne mesure même pas le chemin qu’a accompli Roger pour arriver à cette qualité de pardon face à une injustice qui lui a pris toute sa vie d’homme terrestre.
Quelle est cette force qui lui permet de, non seulement pardonner, mais d’apporter tout cet Amour autour de lui ?
C’est sa Liberté en esprit qui lui permet d’empêcher que toute action extérieure n’ait de prise sur lui. L’absence de liberté extérieure n’a plus aucun poids face à la puissance de sa Liberté intérieure.
Nous sommes devant LA définition de la réelle Liberté.
La Liberté ne peut se situer que dans l’esprit de l’Homme et cette Liberté est toujours synonyme d’Amour… inconditionnel.
Mais qu’est ce que l’Amour inconditionnel ? C’est ce qui nous fait aimer autant nos voisins que nos enfants.
Aimer de façon inconditionnelle, c’est tout donner sans ne jamais rien attendre en retour.
Aimer de façon inconditionnelle, c’est laisser notre égo de côté pour ne s’intéresser qu’aux autres ; c’est avoir de la vénération pour toute l’humanité.
Mais pourquoi sommes-nous obligés, aujourd’hui, d’ajouter un adjectif (réel et inconditionnel) aux mots Liberté et Amour ? Parce que nous avons perdu le sens profond des mots ; ils ont perdu leur poids ; nous les utilisons actuellement en ayant perdu la conscience de leur sens originel, je dirai même de leur sens sacré.
L’avènement de la pensée matérialiste a fait perdre la conscience sacrée des mots ; on comprend mieux pourquoi la plupart des philosophes de la planète ne savent plus de quoi ils parlent, lorsqu’il aborde la Liberté.

Nous sommes tous issus de cet Amour inconditionnel. Il nous a été enlevé progressivement au cours de l’évolution mais c’était un passage nécessaire.
Il nous est demandé maintenant de le faire renaître et cela est possible… Roger W McGowen en est une preuve vivante.