Qu’est ce que la dentosophie ?

La dentosophie est à l’origine une thérapeutique dentaire qui établit le lien entre la bouche et le reste du corps, physique, organique et psycho-affectif.
Elle est le résultat de recherches et observations cliniques menées depuis 1984 par deux chirurgiens dentistes, Rodrigue Mathieu et Michel Montaud. Elle est une science expérimentale qui se base sur la constatation claire de phénomènes dont la répétitivité a pu être analysée comme probante.
Ces observations ont permis d’établir que l’équilibre buccal est l’expression de l’équilibre de l’être tout entier et plus largement de son environnement affectif, culturel, social…
Cette thérapeutique s’appuie sur des techniques fonctionnelles dentaires. Elle permet de traiter l’ensemble des dysmorphoses bucco-dentaires en évitant presque toujours l’extraction des dents. Lorsque le patient rétablit l’équilibre buccal, c’est tout l’équilibre général qui est rétabli en amont (problèmes de posture et musculaires, mal de dos, maux de tête, pathologies ORL, asthme, difficulté de concentration, enfant nerveux, dépression…).
Elle permet au patient de s’investir dans son propre traitement. Le nom « dentosophie » provient de la conjonction des mots latin « dens », la dent, et grec « sophia », qui désigne la sagesse. Il signifie littéralement « la sagesse des dents ».

« Les hypothèses scientifiques sont nécessaires à la marche même du progrès, elles sont le moteur essentiel de la recherche, qui n’est finalement que vérification et infirmation d’hypothèses. » (Claude BERNARD)
C’est dans ce cadre que s’inscrit la Dentosophie, comme démarche et résultante de trente années d’observations.

Principe fondamental

Dès le début de la vie, la bouche est façonnée physiquement par les fonctions vitales -respiration, déglutition, succion-mastication, phonation, qui sont ainsi au cœur de la dynamique dentaire.

Nos constats

  • Les perturbations des fonctions vitales ou leur correction ont une incidence sur tous les plans : physique, organique, psychique, émotionnel, comportemental…
  • Systématiquement, nous constatons qu’une sollicitation adéquate de la bouche par des actes dentaires et des exercices appropriés (axés sur la rééducation des fonctions vitales) donne au patient la capacité de créer la forme buccale qui reflète son équilibre général. Et cela, quel que soit son âge ou son état dentaire.
  • Les observations et expérimentations faites depuis une trentaine d’années dans différents cabinets dentaires nous ont amenés à adopter ce double postulat comme base de travail :
    « le psychisme d’une personne s’imprime tout entier dans sa bouche »
    et réciproquement,
    « toute transformation de la région buccale a une incidence sur son psychisme ».

Logique dentaire et esprit de notre méthode

  • La Dentosophie est l’aboutissement théorique de notre méthode de soins qui continue de s’enrichir régulièrement de précisions sur la logique dentaire.
  • Suivant cette logique, tout événement bucco-dentaire (naturel, accidentel, thérapeutique…) a une répercution globale sur le patient, dans le sens de l’équilibre ou du déséquilibre.
  • En cas de déséquilibre, des compensations se mettent automatiquement en place, à tous les niveaux, pour rétablir un semblant d’équilibre. Cela crée des efforts (inconscients) permanents qui engendrent les maux les plus divers : musculaires, articulaires, osseux, organique, mental, émotionnel, comportemental etc…
  • Dans le cadre de cette méthode, tous les actes thérapeutiques concourent à l’émergence de l’équilibre buccal, ce qui entraîne la disparition des compensations et favorise l’harmonie sur tous les plans.

Equilibre buccal et maturité

Une bouche équilibrée transmet et reflète l’équilibre global du patient. Une bouche déséquilibrée présente des défauts de structure et d’une manière générale, un manque de développement dans les trois dimensions (antéro-postérieure, verticale, transversale).
Traiter l’aspect global et structurel de la bouche est primordial car cela permet aux autres critères de l’équilibre buccal de se mettre en place. La croissance des trois dimensions étant interdépendante, le travail est réalisé dans les trois plans de l’espace selon des concepts nouveaux développés dans les formations. L’objectif est de permettre à la région buccale de parvenir, en fin de traitement, au développement harmonieux prévu par la nature, la disparition des tensions musculaires étant l’un des indicateurs de la progression de la thérapeutique.
Corriger et poursuivre le développement de la bouche interrompu dans sa croissance apporte des informations et des possibilités nouvelles sur tous les plans d’existence. Cela permet au patient de pallier un manque de maturité (physique, émotionnelle, psychologique, comportementale…). Ce processus est pédagogique : à travers lui, le patient peut accéder à l’autonomie.

La thérapeutique

Elle repose sur le fait que tout être humain possède un potentiel d’équilibre qu’il ne perd jamais car sa nature profonde est « Equilibre ». L’expression de cet équilibre est le plus souvent contrecarrée par les auto-limites inconscientes (psychiques et physiques) mises en place par le patient en réponse à son vécu. Le rôle essentiel du dentiste est de favoriser la levée de ces limitations en guidant le patient au terme de sa croissance buccale (ce qui permet le repositionnement des dents). Le praticien possède, dès le début du traitement, une vision claire du but à atteindre grâce aux règles universelles de l’équilibre du système stomatognatique*. Pour y parvenir, il dispose d’outils matériels (appareillages dentaires de rééducation fonctionnelle, prothèses si nécessaire…) et immatériels (écoute,attention, persévérance, structure, capacité d’adaptation, esprit de décisions et le courage de les mettre en pratique…). L’utilisation à bon escient de ces outils, dans le respect du rythme de chacun, permet au patient de libérer ses capacités (naturelles) d’auto-guérison du patient. Ces dernières sont telles que nul ne peut être exclu du bénéfice total ou partiel de la méthode.

Le système stomatognatique comprend les dents, les muscles (y compris la langue, les lèvres, les joues), les os : maxillaire, mandibule, ATM.